lundi 22 mai 2017

La vérité sur l'affaire Harry Quebert - Joël Dicker

Un livre que beaucoup d'amis m'ont conseillé, un livre plébiscité par les critiques, un livre qui a fait sensation.... Bon, allons y, on va découvrir ce phénomène : La vérité sur l'affaire Harry Quebert (2012)




Résumé :

À New York, au printemps 2008, lorsque l'Amérique bruisse des prémices de l'élection présidentielle, Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente: il est incapable d'écrire le nouveau roman qu'il doit remettre à son éditeur d'ici quelques mois.

Le délai est près d'expirer quand soudain tout bascule pour lui : son ami et ancien professeur d'université, Harry Quebert, l'un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé et se retrouve accusé d avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.

Convaincu de l'innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête. Il est rapidement dépassé par les événements : l'enquête s'enfonce et il fait l'objet de menaces. Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d écrivain, il doit absolument répondre à trois questions : Qui a tué Nola Kellergan ? Que s'est-il passé dans le New Hampshire à l'été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

Sous ses airs de thriller à l'américaine, La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l'Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias.




Je le dis au début, j'ai adoré, c'est une de mes meilleures expériences de lecture, c'est grandiose. Un chef d'oeuvre. 

Un livre à l'écriture raffiné, fluide, au style ingénieux, à la démarche gracieuse; tout y est : une bonne dose d'humour, un suspense à couper le souffle, des rebondissements sans fins, des personnages haut en couleur, des lieux magiques, des scènes vertigineuses, des dialogues passionnants, des réflexions profondes, et le plus impressionnant dans tout cela est qu'à chaque début de chapitre l'auteur nous annonce les grandes lignes mais finit toujours par nous étonner et nous émerveiller vers la fin.

Chaque chapitre est un chef d'oeuvre, chaque paragraphe est un tableau d'une grande valeur, chaque phrase est  une symphonie, chaque mot est un bijou, le tout, pour former de ce roman une pierre précieuse d'une valeur inestimable.


Biensur, parlons un peu du contenu, c'est un écrivain brillant, à succès, Marcus Goldmann, qui est en mal d'inspiration depuis longtemps et à qui son éditeur lance un ultimatum pour la sortie de son prochain livre, il va donc chercher conseil auprès de son maître Harry Quebert, qui est le plus grand écrivain de sa génération, et qui a écrit le livre du siècle, dans sa retraite paisible dans Aurora une petite ville au fin fond de l'Amérique.

Ce dont il ne se doute pas, c'est que son grand ami va se trouver mélé à une affaire de meurtre vieille de 30 ans, d'une adolescente de 15 ans. Par amitié et par dévouement, Marcus essaye d'aider son maître persuadé de son innocence ; mais il est loin de soupçonner la tournure que va prendre cette affaire et qui va s'avérer plus compliquée que prévu; plusieurs vieilles vérités vont faire surface et les vérités ne sont pas toujours agréables à découvrir.

l'Auteur a excellé en passant à travers les époques, voyageant entre les personnages et les événements, entre psychologie et philosophie, mariant les affaires policières aux grandes fresques de l’Amérique profonde, touchant du doigt les faiblesses humaines, l'amour, la passion, la cupidité, la luxure, la faiblesse, la haine et la violence.  Malgré quelques personnages "clichés" comme le policier, l'éditeur, la serveuse blonde mais ce n'est qu'un détail qui ne touche en aucun cas la qualité exceptionnelle de l'oeuve bien au contraire elle pousse l'analyse de ce bled au fin fond de l'Amérique à son paroxysme. 


Ce grand livre difficile à classer, roman d'amour, thriller, polar, roman historique qui retrace une époque, je le garderai précieusement dans ma bibliothèque et dans une place de choix dans mon esprit.

"Un bon livre, Marcus, est un livre que l'on regrette d'avoir terminé".
et c'est bien le cas pour celui là. 

"Ska"

1 commentaire:

  1. Oui, un bon livre est un livre qu'on regrette d'avoir terminé, c'est exactement ça, revenant a l'affaire harry quebert, le moins que l'on puisse dire que l'histoire tient en haleine, sortant un peu de l'ordinaire, prenant des tournures inattendues, pour la petite anecdote, obnubilée par mon roman, mon mari m'interpelle me demandant de quel livre s'agit-il, je lui réponds le titre , et il replique « encore un Harry !» voila, une dernière leçon pour les écrivains, appeler son personnage principal Harry, ça fait des étincelles.

    RépondreSupprimer