mardi 2 mai 2017

Reflex - Maud Mayeras

En parcourant les livres chez mon bouquiniste, je trouve cet ovni; dans un geste non intentionnel, mes mains vont le prendre avant même que mon cerveau ne commence à réagir, ce geste s’appelle communément un Reflex



Résumé :
"Perdre un enfant est une maladie que l’on a peur de contracter. C’est une contagion dont on évite soigneusement les infectés. On change de trottoir, on les fuit à toutes jambes.
De ces gens-là, je suis la peste et le choléra. Je suis leur faucheuse, leur cancer, leur 22 long rifle."
Iris, photographe de l’Identité Judiciaire, shoote comme d’autres boivent. Pour apaiser la douleur. Pour oublier la mort de son fils, Swan, sauvagement assassiné onze ans auparavant.
Lorsque la canicule assèche la ville, lorsqu’elle détrempe les corps et échauffe les esprits, alors, les monstres se révèlent.

Maud MAYERAS a reçu au salon de Montigny-lès-Cormeilles le prix du meilleur polar francophone 2014 pour son roman Reflex


Livre sombre comme une nuit sans étoile dans une forêt, enquête sordide, personnages mystérieux et énigmatiques ... tel est le contenu de ce thriller.
Un véritable coup de maître dans son genre, les chapitres sont très courts donnant une impression de vitesse vertigineuse, voyageant entre présent et passé des différents personnages dans deux routes qui ne se croisent que vers la fin du livre comme si un semblant de faisceau lumineux immerge des ombres et de la noirceur qui nous enveloppent tout le long de cette oeuvre. Car, c'est un véritable tableau peint par des mains expertes d'une auteure confirmée dans ce genre de thriller noir "Maud Mayeras", elle nous offre un thriller psychologique d'une rare profondeur et d'une rare intensité sans jamais entrer dans des scènes sanguinaires trop brutes ou violentes, elle nous couvre d'une ombre psychologique pour nous enfermer dans une atmosphère, bien que oppressante ,qui nous laisse accrochés aux pages tout en ressentant de la tendresse envers ses personnages martyrisés par la vie.

Même la couverture du livre est très réussie et nous fait plonger dans les abysses bien avant l'ouverture du roman


C'est l'histoire d'Iris Baudry, photographe judiciaire, appelée à toute heure sur les scènes de crimes les plus atroces. Un appel la ramène sur les lieux de son enfance, à l’endroit même où il y a quelques années, son fils a été assassiné. Troublée, elle revoit sa mère qui a pourri son enfance, habite temporairement la maison où elle a vécu et se rend compte que les circonstances du meurtre du jeune garçon ressemblent à celles de son fils.

Tous ces éléments déclenchent un pénible retour en arrière, dans une ville fantôme où le père trop vite parti, la mère, haineuse et violente et la perte tragique de son fils hantent les jours et les nuits de la photographe. Les murs de la maison familiale deviennent l’écran où le film de son enfance se déroule comme une succession de violences physiques et morales.

D'un autre coté, quelque part en septembre 1919, Julie Carville vit une enfance normale. Heureuse. Elle fêtera bientôt ses 13 ans ! Tout bascule quand elle rencontre sur sa route, trois soldats qui l’agressent sauvagement ! Enceinte, elle se fait jeter à la porte de la maison par son père parce qu’elle a entaché l’honneur de la famille.Désavouée par sa propre famille et répudiée par les gens du village qui la traitent de traînée, elle se retrouve quelques mois plus tard, dans un pensionnat pour jeunes filles où la tendresse, la compréhension, la douceur et le pardon ne faisaient pas partie des qualités exigées aux religieuses qui y œuvraient. Lucie y est née et sa descendance viendra assurément rejoindre l’histoire des meurtres des jeunes garçons.

Un livre déconseillé aux âmes sensibles et à découvrir pour les amoureux des sensations intenses.

"Ska"

1 commentaire: