mardi 16 mai 2017

Une relation dangereuse - Douglas Kennedy

Un roman pour la route, pour sortir de l'univers sombre des thrillers, allons y avec l'écriture brillante de Douglas Kennedy : Une relation dangereuse


Résumé :

Quand Sally rencontre Tony...
Ils se sont trouvés. Elle, fonceuse, ambitieuse, prête à tout pour décrocher un scoop. Lui, cynique, élégant, jamais plus à l'aise qu'en zone de guerre. Le journalisme extrême : voilà leur drogue, leur raison de vivre. Jusqu'à aujourd'hui. Un seul regard a suffi pour les rendre accros l'un à l'autre.
Dès lors, les événements se précipitent. Un mariage, une maison, un enfant en route... Elle pouponnera, il écrira enfin son roman. Le rêve. Ou presque. Peu à peu, Sally s'enfonce dans la dépression. L'homme qui partage son lit, cet inconnu trop vite épousé, semble cacher bien des vices. Et l'idylle éclatante prend soudain des allures de machination perverse...


Encore un livre de Douglas Kennedy où le narrateur est une femme, elle nous fait vivre son expérience de grand reporter de guerre, du danger, de l’adrénaline et de l'indépendance pour tomber dans la dépendance de l'amour, un amour pour un autre reporter au caractère bien étrange, indépendant , arrogant mais à l'élégance anglaise bien trompée. Leur histoire finit rapidement par une grossesse qui va chambouler toute leur existence, fini les reportages, fini le danger et finis les voyages, ils vont s'installer à Londres et prennent un travail de bureau pas assez rémunéré afin de leur permettre de bien vivre dans cette ville où la vie est extrêmement coûteuse. 

Ce changement, le déménagement, une grossesse difficile, un mari qui devient absent ensuite une naissance délicate font que Sally tombe dans une dépression profonde .... son mari trouve le moyen d’exploiter cette faiblesse pour montrer son vrai visage .... 


Je ne peux rien dire sur le talent de narrateur de l'auteur, un bon livre, une bonne deuxième partie de livre, on a du mal à lâcher les chapitres, on s'attache à la narratrice, mais je trouve que la première partie du livre est trop longue et parfois ennuyeuse, pour arriver au vrai tournant de l'histoire il faut attendre 300 pages et pour pouvoir continuer il faut ,être comme moi, un fan absolu et avoir une confiance totale en l'auteur. Mais, en même temps, on n'est pas dans un polar ou dans un thriller, on est dans le roman et dans le récit donc il faut savoir prendre son mal en patience et profiter au maximum de talent de compteur de Kennedy. Un bon bouquin sans plus ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire