mardi 22 août 2017

La paix des dupes - Philip Kerr

Voici un livre qui sort de l'ordinaire, nouveau style et nouvel auteur pour moi, donc on part dans l'inconnu total et on navigue à l'aveugle : La paix des dupes

Résumé :
Octobre 1943 : Roosevelt, Churchill et Staline doivent se rencontrer à Téhéran pour discuter du sort de l'Allemagne... et se partager l'Europe. Chacun s'y prépare au mieux de ses intérêts. L'espion personnel de Roosevelt, Willard Mayer, est un agent de l'OSS qui se trouve également être juif, d'origine allemande, philosophe et ancien membre du parti communiste. Avoir tant de choses à cacher ne va pas lui faciliter la tâche... Quant à Hitler, il sait, après Stalingrad, que l'Allemagne ne peut plus gagner la guerre.

Dans son entourage, on œuvre discrètement pour sauver les meubles. De Londres à Stockholm, de Berlin au Caire et enfin à Téhéran, agents secrets, sbires et traîtres de tous bords s'en donnent à cœur joie. Meurtres, complots, projets d'attentats se succèdent dans une atmosphère d'urgence extrême. Jusqu'au jour J, où rien ne se passe comme l'Histoire l'a écrit...

Dans cet époustouflant thriller de politique-fiction, Philip Kerr propose une alternative audacieuse à l'issue de la conférence de Téhéran.

Le revoici, au mieux de sa forme, sur son territoire d'élection : les eaux troubles de la Deuxième Guerre mondiale.



Je ne vous cache pas que je n'ai pas terminé ce livre, je l'ai même lâché au bout de 85 pages, non pas parce que ce n'est pas intéressant, bien au contraire, mais parce que j'ai eu du mal à accroché, il faut dire que d'après le résumé ci dessus le livre semble parler d'un des plus grands épisodes de la deuxième guerre mondiale, et dont les conséquences ont dessiné le contour géographique de monde dans lequel on vit actuellement. le cadre aussi est fort intéressant puisqu'on est basculé de Washington à Londres, de Berlin à Moscou, en passant par la Pologne et je ne sais pas où encore puisque je n'ai pas pu aller plus loin dans la lecture. mais ce qui a provoqué cet arrêt, c'est la longueur des chapitres et la complexité des personnages et de leurs nombres, presque 100 pages et l'affaire ne bouge pas, l'auteur insiste beaucoup plus sur des personnages emblématiques tel que Roosevelt et Himmler que sur les faits et l'action et c'est vraiment très long à ce mettre en place donc je me suis arrêté car je ne trouvais aucun plaisir à continuer.

Et comme je publie cette chronique un peu tardivement, je vous informe que je n'ai plus mis un livre dans mes mains pendant au moins 2 mois, donc peut être que le blocage vient de moi  !!!!!

"Ska"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire